ZIMOUN – Avant, pendant, après –

 » Quand on s’allonge sur le sol et qu’on regarde vers le haut, on a vraiment la sensation d’être sous l’eau « 
 » L’ambiance est super relaxante, moins quand il y a beaucoup de monde dans la salle forcément, mais la lumière, le jeu d’ombre au sol, le son, et tout le reste rendent quelque chose d’apaisant.« 
« Personnellement je préfère l’installation des Champs Libres, celle du Musée est très bruyante et oppressante« 
« C’est vraiment très impressionnant cette grande tour avec toutes ces petites balles, le son produit me rappelle celui d’une pluie battante« 
Voilà ce qu’on pu penser certains visiteurs lors des deux vernissages se succédant ce mardi 15 octobre.
Il aura fallu deux semaines intensives pour venir à bout de ces deux structures mouvantes et sonores. A l’aide de multiples bénévoles venus de différentes structures scolaires (INSA, EESAB,Rennes 2,…) ou de leur propres chefs, nous avons, contre vents et marées, montés les 513 cartons,moteurs, balles, fils,crochets, et systèmes électriques qui allaient avec. Parfois ressenti comme un travail d’usine, nous avons toujours passés d’excellents moments auprès de Zimoun, Hannes et Matteo tout en découvrant le développement et le travail d’une exposition.
DCIM100GOPRO
Premiers cartons aux Champs Libres – © Juliette Barbaud, Capucine Grou-Radenez et Marylou Pellegri
DCIM100GOPRO
Montage au Musée des Beaux-arts – © Juliette Barbaud, Capucine Grou-Radenez et Marylou Pellegri
Finalement, nous sommes tous très fiers d’avoir participé à cette riche  expérience et d’avoir découvert le travail de Zimoun de l’intérieur.
DCIM100GOPRO
Juliette, Capucine et Marylou au coeur de la tour au Mbar- © Juliette Barbaud, Capucine Grou-Radenez et Marylou Pellegri
Merci à Juliette BarbaudCapucine Grou-Radenez et Marylou Pellegri pour ce retour d’expérience et cet article!


Les commentaires sont fermés.