Résidence en milieu scolaire avec Bertrand Duplat – 4ème session

Depuis deux ans, l’association Electroni[k] propose à des artistes d’intervenir dans des écoles rennaises, pour créer des œuvres originales avec les élèves.

Pour l’année scolaire 2012-2013, c’est l’artiste Bertrand Duplat, fondateur des Éditions Volumiques (http://volumique.com/v2/), qui intervient dans deux nouvelles écoles en proposant aux enfants de travailler autour du jeu numérique avec l’utilisation de tablettes tactiles. Cinq séances sont organisées, de novembre 2012 à avril 2013 au sein de deux classes de CE2-CM1 de l’école des Gantelles (quartier Maurepas) et de l’école Sonia Delaunay (quartier Beauregard). Au cours de ces sessions, Bertrand Duplat présente aux élèves différentes approches du jeu (jeu de plateau, jeu de rôle, jeu vidéo, jeu hybride : tangible et digitale) et de la narration.

L’objectif est de permettre aux élèves de créer, par petits groupes, leurs propres jeux sur tablette iPad, en combinant tangible et digitale. Il est assisté par plusieurs bénévoles de l’association et par les enseignants sur ces journées de travail.

La Cantine Numérique Rennaise (lieu d’échanges autour des pratiques du numériques), sera associée à la restitution de cet atelier dans le cadre du festival de l’association Electroni[k] en octobre 2013 et a consacré un article sur sa page web concernant le projet : http://www.lemag-numerique-rennais.com/2013/02/enseignement-jeu-ecole-2968

Au mois de mars dernier, Bertrand Duplat est revenu dans les deux écoles rennaises, avec pour objectif la restitution des projets à venir. Les jeux étant tous en bonne voie, cette session avait plutôt pour but de tester le passage des plateaux papier en applications numériques, ainsi que d’améliorer les compléments de jeu (pions, ambiances sonores, pages d’ouverture).

Au matin du jeudi 14 mars, Bertrand et l’équipe d’Electroni[k] se sont donc rendus à l’école des Gantelles. Au programme : tests et approfondissement des jeux.

Depuis la fois dernière, Bertrand, ayant pris en compte les demandes de modification ou d’ajouts de fonctions des jeux, a commencé par montrer ce qu’il avait changé. Pour certains jeux, ce sont des effets supplémentaires qu’il a implanté, sur d’autres ce sont des fontions inutiles qu’il a supprimé. Ensuite, les studios installés par groupes de travail se sont vu attribuer un iPad afin de tester les fonctionnalités de leurs jeux.

Ces tests avaient pour but de leur faire prendre conscience des lacunes ou qualités des jeux qu’ils avaient imaginés, afin de les améliorer une dernière fois avant les restitutions. Ainsi, les monstres, sorcières et autres extraterrestres prennaient vie.

Jérémy, stagiaire Electroni[k], aide les élèves à finaliser leur règle du jeu. Photo : Anna Stevens

Jeudi après-midi, direction l’école Sonia Delaunay avec en tête un programme similaire : tests et approfondissements.

Les enfants ont également pu tester leurs plateaux de jeux virtuels sur l’iPad et voir si les règles qu’ils avaient imaginées permettaient de jouer sans trop de difficultés ou à l’inverse sans être trop faciles.

Malcolm teste son jeu… et celui des autres aussi ! Photo : Anna Stevens

En parallèle, ils devaient terminer de créer leurs pions, en adéquation avec l’univers de leur jeu. Les volcans, savanes, fonds marins et corps humains étaient donc en cours de finalisation. Cette phase leur a également permis de réévaluer leur besoins techniques (comme l’intégration de nouvelles fonctionnalités).

Mme Bléas, enseignante en CE2-CM1 à l’école Sonia Delaunay, avec un des groupes travaillant sur l’univers des volcans. Photo : Anna Stevens

Le plateau de jeu sur le corps humain. Photo : Anna Stevens

Nouvelle étape du projet, l’ajout de sons. En effet, une fois l’environnement graphique bien établi, il fallait créér les musiques et les sons accompagnant les jeux de chaque groupe. A l’école Sonia Delaunay, Delphine Delcambre, une musicienne intervenante du CFMI (Centre de Formation de Musicien Intervenant de Rennes) proposait déjà un travail en classe autour du son; Bertrand Duplat lui a donc demandé si elle souhaitait s’intégrer au projet en cours. À deux, ils ont défini un nombre de bruits (bonus, malus, déplacements, début et fin) à trouver ou à enregistrer avec les enfants. Pour le lendemain, ils ont eu comme étonnant devoir d’apporter de quoi créér des sons en rapport avec l’univers qu’ils développaient (volcan, corps humain, savane… ).

Vendredi 15 mars, la petite équipe était de retour à l’école Sonia Delaunay pour la matinée. Les enfants ont commencé par présenter à la classe le travail accompli jusqu’ici : plateaux et pièces du jeu.

Un constat : les jeux sont très variés autant dans leurs buts que dans les manières de jouer, gagner ou bien perdre ! Un studio propose un jeu où il faut vaincre un méchant corbeau pour aider les oiseaux à construire leurs nids. Un autre studio demande au joueur de stopper l’éruption du schtroumphboli et ainsi sauver des animaux en danger. Un troisième permet de combattre les braconniers et sauver les animaux.

La savane, les animaux et les braconniers. Photo : Anna Stevens

Un autre studio fait circuler le joueur dans un corps humain d’où il doit s’échapper en combattant virus et bactéries.

Les personnages du jeu du corps humain : les méchants microbes.

Photo : Anna Stevens

Un cinquième studio propulse le joueur dans la peau d’un cétacé chargé de nettoyer la carte des océans plus vite que la pollution n’arrive. Enfin un dernier studio propose de résoudre des quizz afin d’empêcher l’éruption du volcan des Galapagos !

Le jeu qui permet de sauver les océans de la pollution. Photo : Anna Stevens

La matinée s’est achevée par des tests sur les iPads et la résolution des petits problèmes qui pouvaient subsister dans les différentes règles du jeu. Le travail sur le son se poursuivra en classe avec Delphine et l’enseignante, afin de terminer les différentes ambiances sonores pour la restitution.

L’après-midi s’est déroulée sur le même modèle à l’école des Gantelles. Cette fois-ci pour la partie sonore la classe a reçu la visite de Franck Weber, musicien et sound designer pour jeux vidéo.

Sa présence avait pour but de permettre aux enfants de créer l’environnement sonore de leurs jeux, en utilisant les compétences et le matériel de Franck. Venu avec sa boîte magique renfermant des sons plus étonnants les uns que les autres, Franck a offert aux enfants une séance de découverte musicale des plus ludiques. Entre voix, paroles et bruitages improbables (orage, grincements, claquements, sifflements), chaque groupe devait enregistrer l’ambiance de sa page d’ouverture et les sons de ses fonctions de jeu (une porte qui s’ouvre, un point gagné ou perdu, la victoire finale). Cette nouvelle activité a été abordée entre fou-rire et légère apprehension; la plupart n’avaient jamais parlé devant un micro ou entendu leur voix enregistrée. Au final tous ont joué le jeu jusqu’au bout, pour obtenir les meilleurs effets.

Franck Weber explique le fonctionnement de l’enregistreur. Photo : Anna Stevens

Entre cloches, ballons qui se dégonflent, cazous et autres instruments étonnants…

les enfants n’ont pas fini de rire. Photo : Anna Stevens

Ainsi, sur cette séance, la classe était divisée en trois parties, un studio enregistrant son environnement sonore pendant que les autres complétaient leurs jeux. Bertrand avait en effet introduit une nouvelle demande, en plus de la finalisation des règles et des pions, il fallait dessiner des animations pour l’ouverture de leur jeu (une sorte de couverture animée et musicale présentant l’univers du studio).

Un exemple de personnage pour le couverture d’un jeu ; les différentes grimaces permettront de l’animer. Photo : Anna Stevens

Une autre proposition de couverture par le Studio 4. Photo : Anna Stevens

Aidé des membres de l’association Electroni[k], Jérémy, Elsa, Bruno et Jules et de l’enseignante, chaque groupe évoluait rapidement et avec une motivation débordante. Bertrand navigait entre les studios afin de s’assurer que tous prenaient la bonne direction lors de cette avant-dernière séance de travail. La journée se termine dans la bonne humeur et l’impatience de voir le résultat final, l’assemblage de tous les différents temps de travail.

Franck, Bertrand et les élèves des Gantelles, heureux de leur séance de travail. Photo : Anna Stevens

La restitution de ce projet se fera le jeudi 4 avril à l’école Sonia Delaunay. Dans l’après-midi, les enfants présenteront leur travail à leurs camarades de l’école, puis à 17h30 à leurs parents et à toutes les personnes intéressées.

Le vendredi 5 avril, c’est la classe des Gantelles qui présentera son projet, à l’école puis à tous les curieux, à partir de 16h30.

Au cours de ces restitutions, les jeux créés par tous les studios seront mis à disposition et expliqués par leurs jeunes créateurs ; ainsi tout le monde pourra s’y essayer. Un goûter convivial en présence de l’artiste est à chaque fois proposé.

Le projet de Bertrand Duplat et des élèves sera également mis en avant dans le cadre de l’édition 2013 du festival de l’association Electroni[k].

Cet article a été rédigé par Jérémy Guénolé et Anna Stevens. Relectures Yvan Lebras.



Laisser un commentaire