Détournement

Les ampoules industrielles que vous allez voir étaient condamnées à la destruction suite à la prohibition du filament de tungstène. Les artistes du studio Artificiel en ont fait les éléments créateurs d’un jardin suspendu de noir et de lumière. L’espace dans lequel vous êtes invités à vous promener est géométrique et musical. Avant que l’ampoule nous aide à voir, c’est elle qu’on voit, voyez son cœur torsadé qui rougit jusqu’à nous éblouir. Et qui chante discrètement. Un chant un peu bizarre, c’est plutôt le bourdonnement qui d’habitude nous agace quand on veut jouir du silence. Dans la salle Anita Conti des Champs libres, on apprendra à l’apprécier.

Condemned-bulbes à ne pas manquer, jusqu’au 21 octobre 2012.

http://www.artificiel.org

Article rédigé par Sophie Burdet.

 



Laisser un commentaire